La Guerre Des Clans
Bienvenue à toi !

Viens te battre à nos côtés. Incarne un chat et bats-toi ! Choisis ton clan, protège-le. Ton aventure commence ici !


Design © Twist
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « I come back into the darkness to know this place.» ft. Heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olum
Domestique
avatar

Messages : 36

MessageSujet: « I come back into the darkness to know this place.» ft. Heart   Dim 11 Déc 2016 - 19:10


ft. Heart

I come back into the darkness to know this place





Monotone. Telle est la vie menée par ce jeune domestique. Combien de lunes à ce jour ? Quelques. Peut-être huit, ou six, est-ce que ça importait réellement ? Un novice, c'était certain. S'il vivait dans les Clans. Mais ce n'est pas le cas, alors il n'est qu'un félin sans importance. Pourtant, il sait qu'un jour, il s'élèvera, quand sa connaissance du monde des Hommes sera plus grande, il pourra gouverner et être, enfin. Être reconnu par les autres, surtout, et que son pouvoir s'étende indéfiniment. Loin, sans frontières, tel était son but, unique but tenu par un coeur si petit qui n'espérait rien d'autre qu'atteindre la gloire. Vous savez, cette gloire qui fait rayonner, qui donne au regard si limpide et translucide une lueur qui n'aurait pas dû exister autrement. Parce qu'après tout, dans le regard, on y perçoit quelques fragments d'âme et son âme à lui se divisait dans ses idéaux. Il s'étira longuement, après s'être levé du petit coussin donné par ses maîtres, d'une douceur infinie qu'il aimait bien. Ce n'était tout de même pas la caresse du vent qui soufflait sur son pelage lorsqu'avec une adresse exemplaire, il s'évadait ailleurs, dans les arbres de la Forêt pas très loin de cette maison. Il le savait, parce que ça ne lui prenait pas beaucoup de temps à rejoindre l'endroit où les senteurs particulières de la forêt étaient les plus fortes.

Il rêvait. Même éveillé, il poursuivait les songes de la nuit dans lesquels il se révélait être le maître du monde, un maître cruel qui ne laissait pas de place à la pitié, parce qu'il se sentait dans la peau d'un être vengueur qui pourrait tout détruire sur son passage. Il poursuivait les rêves, même en dehors de la couverture rassurante et oppressante de la nuit et du sommeil. On appelait peut-être ça but ou objectif, mais pour la beauté de la chose, lui, il parlait de rêves éveillés. C'était toujours mieux, dans son âme de chaton, dans son âme d'étranger. Il soupira légèrement, d'un soupir qui ne veut rien dire si ce n'est que la journée s'annonçait déjà longue. Pas l'ombre de la chaleur du soleil pour réchauffer son pelage et ses maîtres étaient déjà partis, il les avait entendu sans réagir. Pourquoi réagir ? Il avait la maison à lui tout seul ! Mais quoi faire ? Rien, sans doute, car il ne pouvait rien faire sans risquer de faire tomber un objet peut-être de valeur, peut-être pas, le coeur de ses maîtres était beaucoup trop compliqué à comprendre pour que le félin puisse déterminer la valeur d'un objet pour eux. Il ne voulait pas risquer de provoquer leur colère, car il ne pouvait pas survivre, lui, tout seul, à l'extérieur. Il s'étira longuement en réprimant un bâillement et il sauta, avec précaution, de son petit panier acheté spécialement pour lui.

Il atterit sur le sol dans un dérapage mal contrôlé, comme toujours et fonça dans un meuble imposant. Après tout, le chaton n'en touchait aucune des extrémités, c'était bien que la surface sur laquelle il s'était heurté était grande, non ? Il l'estimait, dans tous les cas, et c'était largement suffisant. Il s'étira de nouveau et sans se presser, avança doucement pour se figer quelques pas plus loin. Olum inclina la tête et dressa ses oreilles pour capter les sons adéquatement. Il entendait le pépiement des oiseaux un peu plus loin, vers sa gauche, et ressentait également une fraîcheur particulière. Ce vent frais était porté par les petites failles de la porte lui donnant accès au monde extérieur et si vaste qu'intérieurement, et sans jamais l'admettre, il lui arrivait d'en avoir peur. Il soupira légèrement. Soupir d'exaspération. Un chaton qui pensait beaucoup, mais n'agissait peu, est-ce qu'on en voyait beaucoup, dans le coin ou ailleurs ? Il n'en était pas certain et il se plaisait à dire qu'il était unique. Un félin spécial qui méritait toutes les attentions du monde, et quand on ne lui donnait pas, en ressentait une irritation profonde. Il se secoua et revint dans le monde réel, en dehors de ses pensées, pour cibler le son des voitures , et non pas des monstres, qui passaient un peu plus, sur une rue croisant celle où résident ses maîtres. Les bruits provenant de sa gauche, il était maintenant certain que la porte était par là. Ses pas le portèrent donc, et évidemment, vers ce lieu un peu effrayant pour une petite boule de poils comme lui et il poussa avec sa tête, manquant la châtière, mais reconnaissant la matière de la porte. Il essaya de nouveau et soudainement, sa tête passa au travers de la châtière et il sentait le vent encore plus frais. Sans la moindre hésitation, Olum sortit complètement et se retrouva les pattes sur la surface rêche qu'il détestait, mais à laquelle il était habitué. Bien malgré lui.

Les bruits lui tournaient autour, et il commençait doucement à se sentir prisonnier d'un espace bien trop grand, car il le savait que la Ville se prolongeait indéfiniment. Néanmoins, il posa ses pattes à égale distance toutes les quatre et prit de grande inspiration pour s'ancrer imaginairement quelque part. Les sons donnèrent l'impression de se stabiliser. Il était maintenant de nouveau apte à les situer dans un espace dont il n'avait aucune idée de la grandeur. Il avança alors, un pas après l'autre, doucement, presque hésitant et pourtant, avec une détermination aussi grande qu'il imaginait le monde entier. Il imaginait le monde aussi grand que son ambition, celle de devenir le meneur non pas d'un groupe, mais de tout l'univers au grand complet. Oh, il allait y arriver, il en était certain. Le chaton se devait juste d'attendre, comprendre ce qui l'entourait, comprendre la langue de ses maîtres. Les odeurs de la Forêt devenaient de plus en plus fortes et envahissantes, attirantes et les bruits de la Ville, bien que toujours forts, tendaient à s'atténuer pour devenir ténus. Il se sentait étrangement bien dans la Forêt, à sa place, comme s'il y était né... l'était-il ? Il n'en avait pas le souvenir, mais pour être sincère, il n'avait pas le souvenir de sa naissance dans sa mémoire, c'était bien trop flou. Il inspira profondément avant de continuer sa progression, les effluves boisées lui procurant une sensation puissante de pouvoir. Cette impression venait confirmer sa persévérance. Il s'arrêta. Ne marchant plus, la tête inclinée, il tendit les oreilles pour capter tous les sons. Là, une souris qui grignotait. Là, un peu plus au loin, vers la droite, un petit ruisseau qui coulait doucement, sans rapides, et là.. un chat ! Un chat et l'odeur du chat lui parvint également, mais vu les bruits faits par les pas du chat, il n'était pas âgé.

« Coucou ! » lança alors le petit chat de sa voix légère.


- Adrenalean 2016 pour Epicode.

• ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« I come back into the darkness to know this place.» ft. Heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» | When Darkness Falls
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Vieux RP-