La Guerre Des Clans
Bienvenue à toi !

Viens te battre à nos côtés. Incarne un chat et bats-toi ! Choisis ton clan, protège-le. Ton aventure commence ici !


Design © Flying Pumpkin LDD 017
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Danse du Soleil.
Guerrière
avatar

Messages : 514

MessageSujet: Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]   Lun 22 Déc 2014 - 22:58

L'horizon se maquillait lentement de couleurs rosés et l'indigo de sa nuit passée fut bientôt masqué par les lueurs vives. En accord avec les nuances de si beau ciel, une brise légèrement tiède vint déloger avec douceur les dernières rescapées des  violentes bourrasques qui semblait, chaque jour, gagner un peu plus de force que la veille. Mais aujourd'hui, les corps décharnés et jaunissant des larges feuilles agonisantes, savaient que se serait un jour de repos, un jour où ni le vent, ni la pluie ne viendrait cinglait leur pauvre être végétal. Pourtant, très affaiblies par le manque de nourriture que l'arbre leur supprimait de plus en plus tous les jours et par les autres brises qui les avaient fouetté sans pour autant les arraché à leur havre, cette si petite brise, pour ainsi dire un simple soupir d'un minuscule animal, frappa les feuilles qui valsèrent sur plusieurs mètres et s’abattirent au sol dans une pluie dorée. Une forme floue et indistincte qui se trouvait juste dessus sursauta, regarda derrière elle et marmonna quelques mots, les oreilles rabattues.

Danse du Soleil chassa d'un rapide tressaillement de fourrure la dernière feuille marrons qui s'était accrochée dans ses long poils dorés. On peut jamais être tranquille! Même dans la quiétude du petit matin! Elle se lécha nerveusement l'épaule et inspecta le buisson épineux qui lui frôlait l'échine. Elle se rappeler nettement s'être tenue ici même, près du gîte des apprentis, quelques jours plus tôt. Les souvenirs doux-amers de son enfance passés près de ce nid l'avait ébranlé plus d'une fois. Mais un sourire avait légèrement étiré ses traits. Un sourire, oui. Le même, le jumeau de celui qu'elle lançait à sa frangine, lors de leurs petites batailles entres sœurs. Et ses pensées lui avait laissé une douce chaleur dans le cœur, et même ses prunelles ambrées avaient, pendant un court instant, recouvrées leur étincelle de vie, leur lueur espiègle. Mais seulement sa sœur n'était plus là. Et sa sœur était sa dernière, sa toute dernière raison de vivre. Sa dernière carte, la dernière qu'elle pouvait jouer. Il n'y avait plus rien. Juste le chagrin qui la prenait parfois comme ça, sans raisons.  Plus rien ne pouvait l'atteindre. Plus rien autours de son être blond n'avait de sens. Mais elle continuait et continuerait à avancer, la queue traînant au sol, le regard absent. Même les méandres du pire des destins ne pouvaient cacher une chose si horrible capable de lui faire hérisser un seul poil. Car sa sœur était morte, car Mélancolie des Saules n'était plus. Son dernier soupir avait frôlé la truffe rousse de Danse du Soleil et la mort l'avait langoureusement caresser l'oreille lui murmurant mielleusement que la chatte n'avait même pu comprendre, trop paniquée pour écouter ce que cette chose avait à lui dire. Mais là n'était pas la source de sa frustration. Oui, sa frustration. Vous allez me dire: Mais comment peut-on être frustré après la perte d'un être cher? Bah c'est pourtant simple; Vos compagnons, ou devrais-je dire vos anciens compagnons, ne vous vois que par une frêle silhouette fébrile réclamant la douce obscurité de son nid. Alors ils délaissent. Préfèrent virevolter ailleurs pour laisser le temps faire le deuil. Ou bien alors, ils sont toujours derrière vous, à vous passer et re-passer leur queue sur les épaules dans une tentative de réconfort. Mais dans ces deux cas, c'est frustrant. Dans les deux cas, vous vous mettez à détester tout le monde. Ceux qui on l'air de ne pas trop s'impliquer dans la consolation et qui préfèrent accomplirent les tâches d'un guerrier digne de ce nom, comme ceux qui ne vous faussent dans aucuns cas la compagnie. En gros, ceux qui se fiche de vous et se consolent en se disant que c'est mieux de laisser cette ombre faire son deuil et ceux qui vous prenne pour une pauvre petite chose que le temps a rattrapé et ne lâchera plus jamais. Mais, il arrive que c'est d'elle-même que la "victime" refuse de voir une personne. Pourquoi? Même elle ignore la raison mais elle sait qu'il faut le faire. Et c'est le cas de Danse du Soleil, sa silhouette musculeuse lourdement appuyée contre le buisson près d'elle. Depuis un certain moment déjà, elle supportais assez difficilement la présence de la "Deuxième catégorie", les consolateurs, et très mal la Première, ceux qui s'en fichait pas mal ou qui estimaient que leur présence ne ferait qu’aggraver les choses. Mais il y avait tout de même certains félins qui ne faisaient parti de cette classification, il y en a.. Pas comme les autres. A vrai dire, si tout le monde était pareil ou irait-le monde? Il faut bien des exceptions. Et bien pour cette Troisième catégorie, ce n'est pas eux qui s'attirent les foudres de la guerrière blonde mais elle qui leur attire ses foudres sur eux. Sans raison logique. Il y en a surement une bien sûr, mais comme c'est marqué plus haut, la femelle l'ignore.

Danse du Soleil se leva en s’ébrouant vivement, sa queue marquant un arc serré au dessus de son dos. Ses petites oreilles rousses se tournèrent d'un côté, puis de l'autre et ses moustaches ondulèrent dans une bise fraîche qui fit danser ses long poils blafards. Elle avait une petite idée en tête, ou plutôt, un lieu. Une clairière jonchée d'hautes herbes dorées et sèches et bordée de quelques chênes et autres jeunes arbres. Elle aimait bien y aller; facilement accessible mais sans pour autant être quadrillée de chats chaque centimètre carré, il y régnait un calme paisible que venait parfois troubler le cri perçant d'un oiseau déterrant un vers. On y pouvait rêvasser en toute quiétude. Seul l'agréable bruissement du vent dans les végétaux pouvait venir briser la tranquillité mystique qui y planait. La jolie femelle se dirigea tranquillement vers la sortie sans même adresser un regard au félin de garde. De toute façon, lui aussi semblait la mépriser en silence. Seul le mouvement constant de son regard balayant le camp brillèrent d'un éclat dédaigneux à son approche. Après avoir trottiné pendant quelques instants, la chatte y déboula paisiblement, les yeux rivés droit devant elle. Frôlant la douce mélodie d'une flûte, le vent fit valser les longues herbes dans une harmonie époustouflante. Les oiseaux planant dans les cieux devaient être les spectateurs de ce si beau spectacle. Les nuances plus ou moins dorées scintillant sous le faible soleil d'hiver. C'était comme une holà de mains humaines, cette vague qui soulevait et abaissait les plants en rythme, ce souffle qui sifflait cette si douce mélopée entre les herbes. Un petit craquement retentit. Danse du Soleil se redressa et releva ses prunelles claires vers la source du tapage. Une fourrure rousse plus ou moins flamboyante sur les parties qu'elle recouvrait se fondait parmi la palette de couleurs automnal. Les élégantes rayures brunes et la jolie et fine silhouette svelte ne laissaient aucuns doutes sur le nom du félin immobile. Chant du Matin. Danse du Soleil sentit son échine se courber et ses longues pattes se raidirent. Il m'a suivit! Il m'espionne! La féline feula tout bas et s'approcha, le pas lourd, les yeux plantés dans ce si beau regard attendrissant. Elle fut un instant troublée et senti sa colère diminuée lorsqu'elle perçut toute la tendresse dans le ciel de ses yeux mais elle se reprit, de justesse. Il le faisait exprès c'était évident!

"Toi, que fais-tu ici?"

• ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ •





OH MY GAWD, TUTU T'ASSURES *O*...! ♥️

Ma préférée ♥:
 


Mon zoli kdô cro bow *-*:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]   Jeu 29 Jan 2015 - 19:01



Il est difficile.., compliqué.., terrible...

lorsqu'on veut...


Feat Danse du Soleil.


Chant du Matin n'arrivait plus à dormir. Avec les récents évènements, le moral de sa compagne qui ne faisait qu'empirer et la disparition soudaine de Aube Ensoleillée dans les remous de la rivière, le guerrier gingembre ne trouvait plus le sommeil la nuit. Son être était constamment transit, hanté par cet horrible cauchemar. Il revoyait la scène de la chute de la guerrière tachetée dans la rivière gelée, mais dans son songe, ce n'était pas Aube Ensoleillée qu'il voyait glisser sur la mince couche de glace vers les fonds abyssales ; c'était Danse du Soleil. Le matou se réveillait en sursaut, chaque fois passant une patte ou glissant son museau couleur brique dans le long pelage roux de son amie afin de s'assurer qu'elle était bien présente auprès de lui. Jamais la rouquine ne se réveillait, elle dormait profondément, ce qui rendait Chant du Matin de plus en plus nostalgique.

Ce matin-là, il était sortie avant l'aurore, incapable de se rendormir après avoir fait ce même cauchemar toute la nuit. Le guerrier ne prit aucune initiative, ni de chasse ni de manger. Il se contentait de marcher de long en large au camp, dessinant des cercles de temps en temps sous le Grand Saule, là où Mélancolie des Saules avait été enterrée. Le rouquin s'arrêta à un moment pour observer en silence la tombe de la chatte sachant qu'aujourd'hui une nouvelle stèle se lèverai à ses côtés en mémoire à Aube Ensoleillée. Chant du Matin frissonnai à l'idée qu'un jour, peut-être bientôt, il devrait recouvrir le corps sans vie de sa chère amie, qui sais ? Le rouquin secouai la tête, chassant ses idées noires, puis s'approchai de la réserve où il ne trouva rien d'autre à manger qu'une poule d'eau rassie. Il emmena la prise un peu plus loin où il planta sans appétit ses crocs dans la chair rance. À peine eut-il prit une boucher, Chant du Matin la recracha aussitôt en tremblant. Le corps sans vie du volatile grouillait d'asticots juste sous sa truffe. Comment n'avait-il pas remarquer ce détail ?! Le matou gingembre poussa rapidement la charogne sous un buisson, puis il reprit de faire les cents pas, non seulement avec l'estomac dans les talons, mais aussi un horrible mal de cœur.

La matinée venait à peine de commencer, les guerriers et leurs apprentis étaient tous de sortie sauf Nuage Perlé qui dormait encore paisiblement. Elle aussi témoin de la mort de Aube Ensoleillée, son mentor Chant du Matin avait décidé de la laisser se reposer, refaire le plein d'énergie et le tri dans ses émotions tout comme lui-même tentait en vain de faire. Le matou gingembre se tenait assis près des racines noueuses du Grand Saule, le regard dans le vague droit devant lui, exactement où s'agitait Cœur du Temps et sa patrouille tardive. En retard à cause du refus de participation de son ami, le lieutenant avait dû sillonner le camp à la recherche d'un remplaçant. C'est finalement Rivière d'Argent qui se joint à eux. Après leur départ, les alentours du Grand Saule devinrent silencieux, pas une brise ne soufflait dans la neige couvrant le sol. Chant du Matin n'entendait que ses propres battements de cœur et sa respiration rauque de félin fatigué. Soudain, alors que ses yeux turquoises fixaient les volutes de fumées blafardes qui s'échappaient de son museau, une tâche rousse dans la neige au loin attira son attention. Danse du Soleil ! La rouquine cherchait un moyen de sortir du camp sans se faire voir, mais sa fourrure couleur flamme l'avait trahi. Le guerrier gingembre se leva et la suivit à pas de loutre, agile et silencieuse. Chant du Matin ne perdit point sa trace. Il finit au bout d'un moment par aboutir dans la Plaine Sauvage où il tomba nez à nez avec la femelle qui avait dû sentir sa présence sur ses talons.

« - Toi, que fais-tu ici ? » demanda la chatte hirsute.

« - Je... je... » bégaya le matou. « - Je n'ai donc pas le droit de m'inquiéter pour toi ? » marmonna t-il.

Code by Chouw
Revenir en haut Aller en bas
Danse du Soleil.
Guerrière
avatar

Messages : 514

MessageSujet: Re: Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]   Lun 27 Avr 2015 - 18:38


[Désolée du retard, j'édite cette semaine.] Aucuns commentaires sur mon absence non-justifée, ^^" personne n'a remarqué, hein? J'espère... Paranoid ]

• ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ •





OH MY GAWD, TUTU T'ASSURES *O*...! ♥️

Ma préférée ♥:
 


Mon zoli kdô cro bow *-*:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» Ce n'est qu'un adieu, ne sois pas triste car je ne le serais pas, Petit Bison.
» “Le plus difficile n’est pas de faire son devoir, c’est de savoir où il se place.” Ft Jon
» [RPI] Dire adieu au passé & ouvrir les bras au futur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: Vieux RP-