La Guerre Des Clans
Bienvenue à toi !

Viens te battre à nos côtés. Incarne un chat et bats-toi ! Choisis ton clan, protège-le. Ton aventure commence ici !


Design © Flying Pumpkin LDD 017
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 This night I dreamed || Ft. Illu'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nuage Idyllique
Apprentie
avatar

Âge du chat : 6 lunes
Messages : 27

MessageSujet: This night I dreamed || Ft. Illu'   Lun 7 Aoû 2017 - 0:51



This night I dreamed
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cette nuit, j'ai rêvé. Cette nuit, j'ai fait un rêve...
Oh ça peut vous paraître simple, voire totalement inutile de connaître cette information. Mais pour moi, c'est important.

J'étais là, au milieu d'une grande prairie verdoyante aux multiples fleurs de toutes les couleurs, les odeurs alléchantes de celles-ci se bousculaient dans mes naseaux pour finalement se mélanger et former un alliage d'arômes juste... Divin. Oui, c'est le mot. Le ciel était parsemé de nombreuses étoiles qui brillaient avec une ardeur et une passion que je pouvais sentir jusqu'ici, depuis cette prairie qui m'était inconnue. Mais même si je savais que j'étais perdue dans cet endroit si vaste, je me sentais étrangement bien, comme si j'étais libérée d'un énorme poids qui me pesait. Sans doute appelons-nous ça de l'anxiété ? Mais ici, la seule émotion qui émanait de moi était une douceur mystérieuse, sûrement une sensation semblable à celle que nous devons avoir en marchant sur un nuage moelleux.

Mais ce qui était blanc ici, c'était mon pelage. Mes pupilles brillaient d'une étrange lueur... Je ne sais pas trop quelles émotions je ressentais, tous mes sentiments se chamboulaient mais, soudainement j'avais ressentie une émotion bien plus grande que toutes les autres... Celle-ci faisait battre mon coeur à tel point que je ne savais plus ce qui m'arrivait. Serais-ce l'excitation ? J'arrivais à peine à entendre les chants angéliques des oiseaux sur les arbres qui me bénissaient. Fixant toujours aussi intensément les étoiles, j'avais presque eu l'impression que je pouvais m'envoler pour les toucher. Elles se reflétaient toutes dans mon regard, toutes ses petites boules blanches brillantes... C'était... Magique.

Sûrement étais-ce l'excitation du fait que j'ai était nommée Apprentie il y a quelques jours qui me fait faire ce genre de rêve !

Couchée dans ma petite litière de mousse et de plume j'observe le soleil se lever, celui-ci ne tarde pas à lancer ses premiers rayons lumineux sur le camp, j'en profite alors pour m'extirper rapidement de la sombre tanière des Apprentis et aller dehors pour pouvoir laisser les rayons du soleil me bercer... Je pose une patte hors de la tanière et laisse mon corps fin et petit sortir complètement, m'exposant alors à ce doux soleil. Une légère brise traverse le camp, s'infiltrant entre mes poils, je ferme un instant les yeux et prend une grande bouffée d'air comme si c'était la dernière de mon existence alors que non... Glissant mon regard sur les quelques guerriers qui commençaient à sortir de leur tanière je pose un regard admirateur sur le promontoire... Mon meneur n'est pas encore là, sans doute est-il fatigué... Évidement, ça ne doit pas être simple tous les jours de gérer un Clan entier...

Bientôt, alors que le soleil se lève de plus en plus vite, le camp se transforme en une fourmilière géante. Me faufilant entre les corps massifs des guerriers et enjambant les quelques chatons téméraires je réussie enfin à atteindre le tas de gibier... Cependant c'était trop tard, la patrouille de l'Aube vient de partir à la chasse, je vais y aller moi aussi... J'en profiterai pour m'hydrater un peu au Ruisseau longeant la frontière imaginaire du Clan de l'Ombre et du dangereux Chemin du Tonnerre sur lequel je ne m'aventurai pas.

Je trottine vers la sortie du camp et fais un respectueux signe de tête aux gardes à l'entré du Camp de l'Ombre. Je sors alors de la clairière principale et j'arrive dans les dangereuses mais splendides terres du Clan de l'Ombre. J'arpente quelques instants ces terres en marchant puis je me met à courir, slalomant habilement entre les arbres, esquivant les branches gênantes et sautant au dessus des troncs échoués sur le sol boueux. J'arrive rapidement au Ruisseau... J'aperçois alors au loin un petit écureuil, ce dernier grignote des petites graines au pied d'un grand chêne. Je me mets en position de chasse, me couchant, je plaque mon poitrail au sol et avance doucement en touchant à peine le sol... Une fois à bonne distance du rongeur, je lui bondis dessus et le bloque avec mes deux pattes avants, puis je l'achève d'un coup de croc puissant pour qu'il ne puisse pas alerter les autres animaux aux alentours qu'un prédateur rôde.

Ce gibier est bien dodu, je ferais mieux de le garder pour quelqu'un qui en a plus besoin, je m'en chasserai d'autres plus tard... La saison chaude nous offre de magnifiques proies mais comme elle l'indique il fait affreusement chaud et nous ne pouvons pas profiter de l'eau comme le font les membres du Clan de la Rivière. Cependant je préfère nos rongeurs, nos belles grenouilles et nos grands lézards à leurs poissons hideux... Je m'assois sur l'herbe verte, je fixe l'eau ruisseler, elle provoque un bon son aux oreilles... C'est vraiment relaxant... Je me penche pour profiter de cette eau fraîche, je bois quelques gorgées et me redresse essuyant d'un coup sec de la patte l'eau autours des babines que j'avais...

J'entend alors un bruit... J'hume l'air... Il n'y a que l'odeur du Clan de l'Ombre et la bête qui se "cache" n'est pas contre le vent. C'est un membre du Clan de l'Ombre, il ne veut pas se cacher. Sans me retourner je demande d'une voix neutre, affichant une expression du visage simple :

- Nous sommes du même Clan, je n'ai pas besoin d'afficher une attitude agressive ou méfiante puisque j'ai analysé qui tu étais avant, tout du moins à quel Clan tu appartenais... Quel est ton nom ?

• ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ •

Boule Idyllique - Nuage Idyllique - ???

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Réalité Illusoire
Guérisseur
avatar

Messages : 190

MessageSujet: Re: This night I dreamed || Ft. Illu'   Mar 29 Aoû 2017 - 17:30

Le temps, l'espoir, la vie, la mort. Tous ces concepts se bousculaient et se perdaient dans l'infinité sombre et brumeuse de tes pensées tandis que les secondes autour de toi continuaient leur course dans le temps. Le vent qui soufflait demeurait un détail que ton esprit ne saisissait pas alors que dans tes oreilles résonnait une mélodie envoûtante, d'une douceur magique et endormante. Pourtant, tu dormais pas, les yeux grands ouverts sur le monde, affirmant ton étrangeté rien que par ton regard de sang, tu ne dormais pas. Tu te contentais seulement d'être là, immobile, la tête penchée, tous tes sens dirigés vers le son qui se joue en continue avec certains variations tout de même, captivé. Rien d'autre ne venait attirer ton attention. Tu n'entendais plus, ne pensais plus, ne sentais plus. Tu étais là. Seulement. Tu ne te demandais pas où, tu n'en avais que faire de l'emplacement dans lequel tu te trouvais, tout ce qui importait était la mélodie puissante qui t'entourait et que tu ne cessais d'écouter. Tu ne bougeais pas. Tu ne bougerais pas tant que la mélodie n'aura pas annoncé sa fin. Autour de toi, il n'y a pas âme qui vive, parce que la nuit n'est pas achevée elle non plus et que tu ne te trouvais pas dans le camp, dans le gîte des apprentis. Il était très rare que l'on vienne à te trouver dans ce lieu parce que tu fuyais la présence des autres. Tu fuyais la présence évidente de vie. Ainsi, encore une fois, tu étais allé dans les territoires qui pouvaient faire peur lorsque le soleil s'était couché, mais bien évidemment, tu n'avais pas peur. Tu n'avais presque jamais peur. Tu étais ainsi. Tu te promenais dans les marécages quand la musique s'est mise à résonner, arrêtant net ton geste et te captivant, te bloquant du monde et du vent qui soufflait. De l'extérieur, tu semblais juste dans le vide, absent totalement. Ton corps était là, mais il était parfaitement visible que ce n'était pas le cas de ton esprit et aucun chat ne se demanderait si tu étais présent, ça se voyait que tu ne l'étais pas.

La nuit prenait place dans ton coeur, dans ton monde, la musique apportait encore cette noirceur qui démontrait de cette période après le coucher de soleil, et tu étais prisonnier du temps qui ne bougeait pas dans ton esprit. Mais tu n'en avais rien à faire. Ça ne te dérangeait. Même, tu n'y pensais même pas. Prisonnier. Quelle importance ? Évidemment, il n'y en avait pas la moindre à tes yeux de sang. Du moins, il n'y en aura pas si tu prenais seulement le temps de te questionner sur l'importance de la présence des ténèbres de la nuit dans ton âme. Mais tu ne le faisais pas. Justement, parce que ça ne venait pas t'intéresser. Tu demeurais captivé par cette mélodie incessante qui résonnait entre tes deux oreilles, que toi seulement te retrouvais à pouvoir entendre. N'importe qui d'autre, autour de toi, n'entendrait que le murmure d'une forêt en instance de réveil, ce que toi tu ne percevais point. Une forêt qui attendait que le soleil commence à se décider à pointer le bout de son museau pour réchauffer les pelages, avec ce vent chaud provenant de loin, plus exactement du sud, caractéristique de la saison des feuilles vertes, saison chaude, dans laquelle vous vous trouviez. Encore une fois, ce détail t'échappait. Tout t'échappait du monde réel.

Tu restais coincé dans ton monde où la mélodie était entière, te retenant entre ses filets, où elle était le seul détail à exister, à demeurer. Parfois, ce sont les voix qui se tapissent dans les hautes herbes en des murmures vicieux et menaçants se transformant peu à peu en des hurlements stridents. Parfois, c'est une mélodie qui se montre telle qu'elle le désire, envoûtante ou oppressante, peut-être même entreprenante. Dans tous les cas, quand le monde qu'avait bâti ton esprit prenait pas sur la réalité, plus rien d'autre ne venait à exister que les contours diffus de ce lieu imaginaire et accessible que par ta propre personne. Ça ne t'importait pas. De base, ça ne t'importait pas, parce que tu n'accordais pas d'importance aux désirs et envies des chats qui t'entouraient, égoïste que tu étais, mais ça t'importait encore moins quand tu te trouvais justement dans ce fameux monde si loin de la terre ferme, bien trop loin même. Égoïste, ça oui, tu l'étais, mais tu avais appris à l'être pendant ces trois lunes où tu avais dû vivre seul, ou avec Zelda, ta soeur. Ces lunes sans parents, à manger de la charogne. Oh, tu avais été sevré. Mal sevré, mais assez longtemps pour que tu puisses survive en mangeant des carcasses ici et là. Une lune. Tout simplement. Après, ta mère, partie, envolée. Tu la détestais. Rare émotion que tu parvenais encore à sentir. La haine envers ta mère. Une haine pure et simple qui transformait ton regard en une boule de glace enflammée.

La musique commenca doucement à s'estomper. Le soleil, lui, entreprenait sa course dans le ciel, te criant que tu avais passé un très grand temps en dehors du camp, en dehors du temps et même de l'espace, dans ce vide intemporel de ton esprit inexplicable. Tu t'avancas, entre deux mondes, n'étant pas encore totalement sorti de cet endroit dans lequel tu te réfugiais involontairement, mais pas totalement coupé de la réalité qui t'entourait puisque tu sentais sous tes pattes la matière boueuse qui annonçait la proximité du lac et quelques bruits parasites de la forêt brisaient ta barrière infranchissable. Tu marchais, sans but. Tu errais, plus exactement. Sans penser. Sans rien. Tu errais. Comme un fantôme. N'était-ce donc pas ce que tu étais ? Sûrement. Tu ne voulais pas être vivant. Mais tu ne pouvais pas fuir ta condition, pas à ce point.

"...oins à quel Clan tu appartenais... Quel est ton nom ?"

Le retour brutal à la réalité se fit quand tu entendis cette phrase, ou une partie de la phrase qui était venue faire voler en éclat la membrane te tenant encore à l'écart du monde vrai. Tu réalisas alors que tu avais encore cessé de marcher et que tu étais caché, derrière un buisson. Il y avait quelqu'un près du ruisseau. Quelqu'un se demandant qui tu étais. Tu n'allais pas partir sur ce qui déterminait ce que tu étais, puisqu'elle avait juste demandé ton nom, au final. Tu sortis, te montrant, avec ton regard de sang sans sentiment, vide, déconnecté, et souvent décrit comme fou.

"Nuage d'Illusion."

Depuis combien de temps ?

"Nuage d'Illusion... même si je crois que j'aurais déjà dû être guerrier. Toi, c'est ?"

Tu ne la connaissais pas non plus.

|| Pardon du délais. ||

• ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ • ○ •

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci Pendulum. Beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

This night I dreamed || Ft. Illu'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre Des Clans :: LES TERRES :: Terres du Clan de l'Ombre :: Le Clan :: Les Territoires :: Le Ruisseau-